Vous avez une progéniture odieuse? Cela pourrait être de votre faute!

Même les enfants les plus polis agissent parfois de manière offensante en mortifiant maman et papa. Le pire est qu’ils sont susceptibles – sans que vous vous en rendiez compte – d’avoir appris votre comportement grossier! Ruth Peters, collaboratrice clinique et psychologue clinique, a parlé à Ann Curry des stratégies visant à empêcher que votre exemple inconscient ne soit transmis à votre progéniture. Voici un extrait du dernier livre de Peters intitulé «Disposer la loi: les 25 lois relatives à la parentalité pour garder vos enfants sur la bonne voie, sans problème et (à peu près) sous contrôle», sont des conseils éprouvés qui “petits anges” restent comme ça.

La loi de la politesse

Insister sur les manières

Est-il vraiment important que votre enfant parle en retour, qu’il soit un peu nerveux avec vous ou qu’il soit généralement odieux avec les adultes? Vous pariez que c’est le cas. Un enfant qui n’apprend jamais à être poli deviendra un adolescent qui a du mal à se faire des amis et un adulte qui fait une mauvaise impression. Cela peut sembler démodé, mais il n’ya pas de meilleur moyen d’aider votre enfant à se faire des amis et à influencer les gens que de lui apprendre les bonnes manières..

Imaginez ceci – la famille est chez grand-mère et grand-père pour le dîner. Vous aidez à mettre la table, votre enfant de 14 ans jette un coup de fil au téléphone et votre enfant de 8 ans regarde la télévision. Ne sachant pas ce qui va se passer, grand-mère essaie d’entamer une conversation avec votre fils, qui est collé au tube. Au début, il ne semble pas avoir entendu grand-mère, mais après qu’elle se répète, il lui dit: «Chut, je regarde la télévision. Mais ta mère a l’air stupéfaite, comme si la remarque grossière la traversait comme un couteau. Embarrassé, et se sentant mal pour votre mère, vous réprimandez l’enfant en espérant des excuses sincères. Mais il ajoute l’insulte à la blessure en notant que vous lui dites de vous taire, de vous taire, de vous taire ou même de vous taire lorsqu’il vous interrompt à la maison. Tout cela peut être vrai, mais vous n’avez pas eu besoin de grand-mère pour entendre ça. Ses sentiments sont douloureux, vous êtes déçu et en colère contre votre fils, et il est furieux parce que vous êtes hypocrite. Avez-vous déjà été là-bas – dans une situation gluante et humiliante où votre enfant a été si grossier avec un autre que vous voulez glisser sous le tapis? Nous avons tous.

Prêt pour une introspection? Pensez au chemin tout des membres de votre famille se traitent mutuellement. Considérez toutes les verbalisations, actions, ignorances et réponses qui se produisent quotidiennement dans votre maison. Maintenant, comment vous sentiriez-vous si votre employeur, vos collègues, vos voisins ou vos amis pouvaient voir une vidéo de la façon dont les membres de votre famille se traitent les uns les autres? Serait-ce quelque chose dont vous seriez fier ou serait-ce humiliant et plus qu’un peu embarrassant?

Pourquoi est-ce que nous pouvons être si impolis, à court terme et impatients avec les gens que nous aimons le plus, mais serait jamais envisager de se comporter de cette manière avec des personnes auxquelles nous ne sommes pas liés? La réponse réside dans la dynamique de la vie familiale. nous avoir se supporter, quoi qu’il arrive. La plupart des membres de la famille admettent s’aimer les uns les autres, si ce n’est aimer exactement l’autre gars à chaque instant. En d’autres termes, nous sommes en quelque sorte coincés avec un grand-papa grincheux, une maman lancinante, une sœur aînée inconsidérée ou un petit frère turbulent. Ils ne vont nulle part et nous non plus. Cela conduit à une tendance à se prendre pour acquis. C’est normal et fait partie de la nature de la vie familiale dans la plupart des foyers. Nous ne sommes pas sur notre meilleur comportement parce que nous sommes tellement habitués les uns aux autres, supposons que les membres seront toujours là et sont souvent si absorbés par nos propres besoins et activités que nous ne pouvons pas voir au-delà de nos nez collectifs.

Cela conduit souvent à une dynamique familiale distincte, impolie, grossière ou même offensive. En d’autres termes, nous sommes paresseux et c’est un processus insidieux. Non seulement les enfants sont coupables, mais maman et papa aussi. Beaucoup de parents se lancent à peine dans quelques phrases, sans parler de la conversation polie, avant le dîner, la vaisselle, les devoirs supervisés et les bains terminés. Souvent, les enfants voient leurs gens aboyer des ordres les uns aux autres avec rarement un mot civil. Et ce ne sont pas nécessairement des gens dont les mariages sont en difficulté – ils sont juste trop occupés, préoccupés ou stressés pour prendre le temps de voir comment ils communiquent mal et sont trop distants, paresseux ou effrayés pour faire des changements..

Et puis il y a les enfants. Il y a généralement beaucoup de demandes et d’insistance, ainsi que d’empoigner et d’attaquer. Et ce ne sont que les enfants d’âge préscolaire! Les enfants plus âgés peuvent devenir carrément méchants – les insultes, les injures et les taquineries. Et n’oubliez pas que l’ignorance est l’un des comportements les plus blessants. Ne pas recevoir de réponse suggère que vous ne méritez pas de réponse. Ou considérez les «grunters» – on peut répondre aux questions avec des murmures ou des sons incompréhensibles, ce qui rend la communication efficace impossible.

Les mauvaises manières coûtent cher à vos enfants

J’ai constaté que les enfants qui sont autorisés à grandir en adoptant un comportement grossier, irrespectueux ou impoli ne sont généralement pas bien aimés par les autres, les enfants et plus tard les adultes. Les problèmes d’estime de soi surviennent souvent lorsque les pairs évitent votre enfant, et il est difficile de changer les perceptions des autres une fois que votre enfant a été jugé impoli ou irrespectueux. C’est pourquoi il est important de s’attaquer au problème à présent lorsque votre enfant est sarcastique, caustique ou impoli à l’égard des membres de sa famille ou de ses amis. Croyez-moi, vous ne lui faites pas une faveur en regardant ailleurs, car ces habitudes inappropriées sont si faciles à former, mais si difficiles à casser..

Si cela ressemble un peu à vos enfants, veuillez écouter. Il est probablement temps d’atténuer la grossièreté dans votre maison. Parfois, il peut sembler plus facile d’ignorer les comportements inappropriés que de les affronter. Mais à long terme, vous payez généralement en échange de cette attitude décontractée et pleine d’espoir. Alors jetons un coup d’œil à ce sur quoi vous devez vous concentrer pour changer la façon dont vos enfants interagissent avec les autres..

Vivre la loi

Enseigner les mots magiques.

S’il vous plait merci, et Excusez-moi sont toujours les bases d’un vocabulaire poli, mais ne tombez pas dans le piège de croire cela simplement parce que vous rappelez à vos enfants d’utiliser ces mots pour qu’ils le fassent automatiquement. Comme pour toute habitude, il faut de la cohérence pour créer un nouveau comportement. Attendez-vous à ce que vos enfants aient besoin de rappels cohérents jusqu’à ce que les mots magiques deviennent une seconde nature. Discutez avec vos enfants des mots que vous voudriez qu’ils utilisent pour attirer votre attention – au lieu de vous interrompre, dites «excusez-moi». Il est important que les parents utilisent eux-mêmes ces mots et expressions respectueux long chemin vers l’enseignement, le renforcement et le maintien d’un verbiage et d’un comportement polis.

Entraînez vos enfants à demander, pas à demander.

Les enfants prennent l’habitude de insistant sur les privilèges ou votre attention, plutôt que de tomber sur comme demandant il. Bien que leurs intentions puissent être appropriées (ils pensent qu’ils demandent, pas exigeants), beaucoup ne comprennent pas comment leur verbiage est perçu par les autres. Apprenez-leur qu’une demande est quelque chose qui est généralement sous forme de question (Puis-je s’il vous plait…) Plutôt qu’une déclaration (Donnez-moi le…). C’est un moyen sûr d’assurer qu’ils seront perçus comme demandant, plutôt que comme exigeants. La plupart des gens que je connais deviennent des enfants quand ils leur disent ce qui va se passer («Je vais au centre commercial») plutôt que de demander la permission («Puis-je emprunter la voiture s’il vous plait?»). C’est vraiment le même processus mais en termes différents, et cela se traduit par une plus grande coopération parentale puisque l’enfant semble plus respectueux quand il demande qu’en exigeant.

Focus sur le ton de la voix.

Beaucoup d’enfants n’ont aucune idée de la façon dont ils sont perçus par les autres. Les petits peuvent sembler être loufoques quand ils croient qu’ils ne font qu’exprimer leurs sentiments, et les adolescents semblent souvent convaincants quand ils essaient de faire valoir leur point de vue. Apprenez à vos enfants qu’ils sont responsables à la fois de leur intention et de la manière dont ils s’adressent aux autres. Arrêtez-le en soulignant le ton et son caractère inapproprié. Dites: «Vous vous plaignez. Si vous souhaitez que je vous aide, vous devez demander poliment »ou« Je sais que vous êtes contrarié, mais nous n’utilisons pas ce ton de voix dans notre maison. »C’est une leçon de vie inestimable – de nombreux adultes ruiner parfaitement de bonnes relations en rapportant dans un ton de voix, de hauteur ou de volume inapproprié. Mieux vaut apprendre cette compétence dès son jeune âge que de payer le prix plus tard en tant qu’adulte!

Enseigner la technique du «message».

Nous devenons tous en colère ou frustrés par les comportements des autres de temps en temps, et pour certains enfants, cela se produit presque quotidiennement. Au lieu de leur permettre de se déchaîner, apprenez à vos enfants la technique du «message» qui décrit ce qui les dérange. La structure de base de cette technique consiste à dire: «Je ressens —— quand vous ———» Par exemple, déclarer calmement «Je suis en colère quand vous entrez dans ma chambre et jouez sans permission» est beaucoup plus acceptable ( et efficace) que de crier «Sortez de ma chambre, vous crétin!» Si rien d’autre, l’agresseur sera blâmé par maman ou papa, et la victime ressemble à un concombre frais. Et les combats sont beaucoup moins fréquents lorsque la partie ennuyante est soit ignorée, soit reçoit un «message I» que lorsqu’elle est attaquée. Cela est souvent considéré comme une provocation et les représailles suivent. Le «message de je» devrait également inclure ce que l’enfant aimerait que l’autre fasse. «S’il vous plaît, cognez avant d’entrer» ou «Demandez à jouer à mon Game Boy, ne le prenez pas seulement» sont des déclarations qui mènent à une meilleure communication que les attaques verbales ou physiques..

Insister sur des rencontres formelles et salue.

Même si cela est devenu de moins en moins courant, je suggère aux parents de supposer qu’une introduction formelle est préférable pour rencontrer de nouvelles personnes, en particulier des adultes. M. ou Mme, entraîneur ou médecin sont tous des moyens appropriés pour que les enfants parlent aux adultes qui ne sont pas membres de la famille. Si le nouvel ami souhaite être appelé quelque chose de moins formel, «Miss Sally» peut être approprié pour les petits enfants, ou peut-être le prénom de la personne si c’est une connaissance très proche..

Se connecter.

Apprenez à vos enfants que s’ils doivent répondre au téléphone, cela doit être fait poliment. «Résidence Davis» est non seulement poli mais permet également à l’appelant de savoir si le numéro correct a été composé. Demandez à votre enfant ne pas donner son prénom, car l’appelant peut être un étranger et ne devrait pas recevoir cette information. Et quiconque répond au téléphone (oui, maman ou papa inclus) devrait être tenu d’écrire tous les messages et de les transmettre à la personne concernée en temps utile. S’il n’y a pas le temps d’écrire le message, il devrait être autorisé à accéder à la messagerie vocale ou au répondeur. Lorsque vous téléphonez, demandez à vos enfants de se présenter et de demander leur ami. “Bonjour, c’est Matt. Est-ce que Mike est à la maison? »Présente magnifiquement et fait passer le message clairement. “Yo, big Mike là-bas?” Est moins qu’impressionnant et peut juste amener les gens de Mike à penser à deux fois avant de laisser leur enfant jouer avec votre petit païen.

Utiliser des moyens politiquement corrects pour refuser une invitation.

Apprendre à dire poliment «non» à une invitation est souvent un défi, mais il existe des moyens judicieux de gérer les situations difficiles. Votre enfant ne veut pas blesser les sentiments de son ami. Apprenez-lui à acheter du «temps de réflexion» en disant: «Je devrai d’abord vérifier avec mes parents.» Ensuite, vous pourrez parler de la situation de manière calme et déterminer ensemble comment la traiter au mieux sans blesser les sentiments ou apparaissant grossier.

Extrait de “Disposer de la loi: Les 25 lois du rôle parental pour garder vos enfants sur la bonne voie, sans problèmes et (à peu près) sous contrôle “ par Ruth Peters. Copyright © 2004 par Ruth Peters. Publié par Rodale Press. Aucune partie de cet extrait ne peut être utilisée sans l’autorisation de l’éditeur.